images

Arrondissement d’Adakplamè à Kétou: Des peulhs transhumants sèment la terreur

(Idji Kolawolé en sapeur pompier)

Les populations de l’arrondissement d’Adakplamè dans la commune de Kétou vivent depuis le jeudi 23 mars 2017 dans une psychose générale. A l’origine de cette situation qui s’est déjà soldée par des morts, des blessés graves et des dégâts matériels énormes se trouvent des peulhs transhumants venus du Nigeria voisin.

images« Le drame est survenu le jeudi dernier », a précisé le Chef de l’Arrondissement d’Adakplamè aux membres de la délégation conduite par le Président Idji Kolawolé. Ce dernier qui y a effectué le samedi 1er avril 2017 une descente pour s’entretenir avec les populations sur le contenu du projet de loi portant révision de la Constitution s’est plutôt employé à apporter son soutien aux victimes des exactions des peulhs transhumants après avoir apprécié de plus près l’ampleur de la situation.
Sur le visage des populations amassées dans la cour du Collège d’enseignement général d’Adakplamè, se lisait une grande psychose. L’heure n’était pas en tout cas à la joie. Désespérées et toujours habitées par la peur, ces populations qui se demandent si leur arrondissement fait toujours partie de la commune de Kétou ont su, malgré tout, trouver le courage de dire dans un discours qui tranche avec l’hypocrisie leur colère. Elles ont imploré la faveur des autorités pour que plus jamais, ce qui est arrivé le jeudi 23 mars 2017 ne se reproduise plus à Adakplamè.
« On a brutalisé et tabassé les nôtres. On a violé même des femmes. Et lorsqu’on a voulu réagir contre les agresseurs, ce sont nos enfants qu’on a encore arrêté. Trop c’est trop ! », s’est offusqué le Chef de l’arrondissement d’Adakplamè soutenu par les chefs de tous les villages que compte cette localité otage des peulhs transhumants.
« Nous avons déjà perdu quatre des nôtres dans une attaque vraiment sanglante. Ils ont été égorgés comme le font les Boko Haram. Depuis, c’est la psychose générale dans le village et ses environs. Plusieurs familles ont dû quitter leurs hameaux et leurs fermes pour se réfugier à Adakplamè centre et ailleurs pour se mettre à l’abri des peulhs transhumants décidé à semer la terreur dans notre village avant de partir. Les dégâts et les ravages causés par nos agresseurs sont énormes. Outre les champs saccagés et dévastés, plusieurs greniers (plus de cent) contenant des tonnes de maïs ont été brûlés. Des cases aussi. Plus d’une dizaine de motos sont parties en fumées…Le combat qui est ici n’est pas celui d’Adakplamè. On a l’impression que ces gens là veulent s’attaquer au Bénin tout entier par Adakplamè. C’est donc un combat national auquel Adakplamè ne peut pas seul faire face. Et c’est pour cette raison que j’en appelle à l’engagement de tout le monde à commencer par les autorités au plus niveau de l’Etat », a dit le Chef d’arrondissement d’Adakplamè au bord des larmes.

Le cri de cœur du Maire Babatoundé

C’est aussi le même appel qui a été lancé par M. Jean-Pierre Babatoundé, maire de la commune de Kétou dont les moyens ne suffisent pas pour faire efficacement face à l’épineuse question de la transhumance transfrontalière. Mais avant, il a lui aussi fait part de ce qu’il a constaté sur le terrain.
« D’Adakplamè à Guigadji, tous les hameaux que j’ai traversés ont été vidés de toutes leurs populations. Les écoles ne fonctionnent plus. Les femmes se sont carrément retirées. A Guigadji, ceux que j’ai pu rencontrer sont très inquiets, traumatisés par la sauvagerie des actes posés par les peulhs transhumants qui ont tout brûlé et saccagé sur leur passage. La psychose est très grande au sein de la population et je m’inquiète pour ce qui va se passer dans l’arrondissement d’Adakplamè les jours à venir…Nous avons besoin de beaucoup de renfort et j’implore toute la Nation à nous venir en aide…Je voudrais déjà remercier le Préfet qui a pris une réquisition pour déployer les militaires de Gbada et des gendarmes pour sécuriser la zone. Pour atteindre les objectifs que nous visons, il faut que ces militaires déployés sur le terrain repoussent dans leur dernier retranchement les envahisseurs peulhs et les refoulent d’urgence hors du territoire de Kétou. Ceci permettra de mettre à l’aise les populations », a dit le Maire Babatoundé. Il n’a pas manqué de remercier le Président Antoine Kolawolé Idji qui a préparé cette séance qui a permis aux populations de sentir qu’elles ont derrière elles des élus qui sont préoccupés par ce qu’elles endurent.

Idji Kolawolé en sapeur pompier

« J’ai entendu tout ce qui s’est produit ces derniers jours dans l’arrondissement d’Adakplamè. Je ne pouvais pas avoir entendu sans venir moi-même vous voir et vous écouter et compatir à vos douleurs. Ce qui s’est passé ici est grave, particulièrement grave parce que ce qui s’est produit aujourd’hui à Adakplamè ressemble exactement à une situation de guerre, une situation d’invasion. Les gens ont quitté leurs hameaux, leurs fermes. On a fermé les écoles et les centres de santé. Les gens sont partis à Kpédékpo. Certains sont partis à Kétou. D’autres sont partis vers d’autres lieux or nous sommes à une période où démarrent les travaux champêtres. Cette situation là ne doit pas durer. Et je suis heureux que le Préfet ait parlé comme il l’a fait. Je suis heureux que le maire ait pu situer les responsabilités. Ce qui nous revient à nous de faire aujourd’hui, c’est de tout faire pour vous appuyer. Si vous avez besoin d’effectif en ce qui concerne les forces de sécurité et de défense, faites-le savoir. Si vous avez besoin de ressources particulières, faites-le savoir et moi je le ferai savoir là où il faut. S’il y a des dysfonctionnements parmi le personnel de sécurité, faites-le savoir et les sanctions seront prises contre ceux qui ne font pas leur travail. C’est çà que je suis venu vous dire. Il est inacceptable que les paysans ne puissent pas retourner dans leurs champs. Il est inacceptable que les écoles ferment. Le Bénin n’est pas en guerre. Adakplamè n’est pas en guerre et cette situation ne doit pas durer…. » C’est le message dont a été porteur le Président Antoine Idji Kolawolé. Un peu comme pour joindre à la parole, le Président Idji en parfaite complicité avec le Préfet Valère Sèdonougbo a appelé le ministre Sacca Lafia en charge de la sécurité pour lui exposer le drame que vivent les populations d’Adakplamè, aujourd’hui otages des peulhs transhumants tapis dans une forêt, prêts à attaquer à tout moment. Cet appel a d’ailleurs porté ses fruits puisque depuis le dimanche 2 avril 2017, un contingent de para-commandos est allé en renfort aux militaires et gendarmes déjà déployés sur le terrain pour débusquer les assaillants peulhs et les repousser hors du territoire de Kétou. L’honorable Idji Kolawolé s’est d’ailleurs rendu ce dimanche même à Adakplamè pour aller le constater de ses propres. Il a profité pour rendre visite aux victimes de cette barbarie des peulhs transhumants.

L’appel au calme du préfet

Dans son intervention, M. Valère Sèdonougbo, Préfet du Département du Plateau a appelé les populations d’Adakplamè au calme. Il les a rassurées de tout ce qui sera fait pour décourager à jamais les actes de violences qui ont été perpétrés par les peulhs transhumants dans l’arrondissement d’Adakplamè. Pour lui, force doit rester à la loi et les acteurs et complices de ces actes barbares devront être retrouvés et traduits devant les juridictions compétentes. « C’est pour la première et la dernière fois que les peulhs transhumants sèmeront encore la terreur sur le territoire d’Adakplamè », a martelé le Préfet du Plateau. Il a présenté toute sa compassion et celle du gouvernement aux familles éplorées et aux blessés.

Affissou ANONRIN   www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Visages du Bénin est un média en ligne créé depuis 2009 d’information générale dirigée par le journaliste béninois Francis Z.OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.
VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

AFRIQUE TELEVISION

Toute l'actualité africaine en un clic

Toute l'actualité africaine en un clic

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

....Pour valoriser et redonner vie à ll'important gisement culturel de Porto-Novo et le mettre au service du développement tant national et international

FESTIVAL INTERNATIONAL DE PORTO NOVO