Une vue des députés à l'ouverture de la 1ère session ordinaire de 2017
Une vue des députés à l'ouverture de la 1ère session ordinaire de 2017

Discours du président Houngbédji à l’ouverture de la première session ordinaire de 2017: Les députés se prononcent

A l’occasion de l’ouverture de la première session ordinaire de 2017, le président de l’Assemblée nationale a félicité ses pairs députés pour leur sens de responsabilité et leurs divers choix assumés lors du vote du projet de révision de la Constitution. Il a exprimé ses regrets sur cette occasion ratée de voir régler un certain nombre de problèmes tels que la peine de mort, la Cour des comptes, la représentativité des femmes dans les instances de décision. Me Adrien Houngbédji est aussi revenu sur les propos de Rosine Soglo et sans langue de bois, dit ce qu’il en pense. Le Président de l’Assemblée nationale s’est  aussi exprimé sur la mise en exécution du Programme d’actions du Gouvernement ( PAG). Voici ce que pensent ses collègues députés de ses propos tenu ce lundi 10 avril 2017 au Palais des Gouverneurs.

F.Z.O

Une vue des députés à l'ouverture de la 1ère session ordinaire de 2017

Une vue des députés à l’ouverture de la 1ère session ordinaire de 2017

 Sabai Kate :

«….C’est un discours très riche, un discours qui rassure non seulement les députés mais le peuple béninois en entier. Il me semble que le président a fait un diagnostic de ce qui mine notre république. Il est revenu sur des points saillants et il nous a invités à plus de sérénité et à plus de disponibilité pour la session qui s’ouvre….La constitution, c’est la loi des lois et quand on veut réviser la loi des lois, il faut  être transparent. Nous, nous sommes les représentants du peuple  et on a voulu être clair. Qui est qui ? Qui vote oui, qui vote non ?  Et cela s’est passé devant tout le monde. C’est cela la démocratie….»

 Yibatou Sanni Glele alias Melvina

«…Le président Adrien Houngbédji a toujours su gérer les hommes, il a dit la vérité en ce qui concerne son regret par rapport au projet de révision de la constitution. Ce n’est pas le fait que ce projet soit rejeté qui règle le problème des populations. Il faut dire la vérité. On aurait pu laisser les députés aller jusqu’au bout parce que je dis que ce n’est pas une victoire car nous représentons la majorité. Ce qu’on aurait du faire, c’est d’inviter les présidents de groupes parlementaires à faire des amendements, suivre tout ce qui avait d’anormal. Ce que les gens ne disent pas, c’est ce qui est bien dans ce projet.   Les gens diabolisent à chaque fois qu’on parle de la révision de la constitution alors qu’il faut qu’un jour, on révise la loi fondamentale pour le bonheur de nos populations. Car cela fait plus de 27 ans que nous l’expérimentons. Malheureusement les gens n’ont pas  compris et on va attendre le moment pour y aller…»

Marcellin Ahonoukoun

«…Ce que je salue d’abord c’est le bon déroulement de la cérémonie. Je salue la présence  parmi  nous du président de l’Assemblée nationale du Burkina-Faso, un pays ami, il est venu partager avec nous  l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2017. Le président Houngbédji a présenté son discours. J’ai retenu particulièrement quelque chose, la position du Parlement béninois aujourd’hui a travers le président Houngbédji qui a exprimé clairement sa volonté  d’accompagner le gouvernement dans la réalisation de son PAG qu’il a présenté comme cela n’est pas une affaire du seul  président de la république, une affaire d’un seul gouvernement mais plutôt une affaire de tout le peuple béninois.  Donc le Parlement est prêt à accompagner le président Talon dans la réalisation de ce programme qui sera  un programme qui va moderniser notre vie sociale, économique et politique.  C’est ce que je retiens du discours particulièrement sinon il y a eu trop de côtés positifs. Mais a travers tout ce qu’il a dit, le discours a été clair, limpide, c’est qu’il a exprimé d’accompagner le régime en place.  Pour  ce qui concerne le président du Parement burkinabé, il a dit quelque chose qui m’a épaté.  Il a dit en dehors de nos divergences, nous savons nous réunir.  Il a mis l’accent sur cet aspect parce que quand on est en dehors de l’hémicycle, on va croire que le pays va s’embraser, mais finalement on sait toujours tirer les leçons  de nos heurts passés, et on sait rapidement se réconcilier en dehors de nos  clivages politiques puisque c’est le Benin qui sort grandi. C’est la vitalité de notre démocratie.       »

Jean-Eudes Okounde

«…Ce discours est un discours d’un homme averti. Celui qui sait de quoi il parle et je crois qu’on doit prendre ces observations au  sérieux et savoir que le Parlement béninois qui fait les choses comme il le faut. C’est juste une appréciation simple. Concernant le rejet de la révision de la constitution, le président de l’Assemblée nationale a juste apprécié la situation….»

Jérémie Adomahou,

«…..Jai suivi le discours du président Houngbédji avec beaucoup d’émotions mais aussi avec beaucoup de fierté.  Un discours qui fait le point des activités menées, les lois votées et un discours aussi qui regrette le rejet des députés le mardi passé, de la prise en considération du projet de révision de la constitution. Le président Houngbédji est revenu sur beaucoup de points que cette révision devrait nous permettre de corriger et je pense que c’est l’essentiel pour notre pays. Lorsque vous voyagez et qu’on vous fait comprendre que dans la sous région, c’est le Benin seul qui ne dispose pas d’une Cour des comptes, franchement, vous avez honte, vous êtes gênés. Lorsque vous savez que l’abolition de la peine de mort n’est pas  encore dans la constitution…il y a plein d’autres choses à mettre dans la constitution. Mais,  les choses se sont passés comme si, on était à la deuxième étape du vote. Les choses se sont passées comme si nous qui avions dit oui, que nous avons dit oui pour le contenu du projet a 100%. C’est un peu regrettable et nous avons vu des comportements qui n’honorent pas la représentation nationale. Vous imaginez, des gens qui participent en commission et disent oui à un rapport. Lequel rapport est soumis maintenant aux autres députés en plénière, et ils viennent dire non ?  On  devrait  se poser la question de savoir ce qui est passé. Des collègues dans  le même groupe parlementaire, vous échangez avec eux librement qui vous donnent leur position et subitement quelques minutes après, vous voyez que leur positon a changé.  Moi ça me pose des problèmes.  Mon oui est franc et demain ce n’est pas parce que c’est le projet de Talon,  n’importe quel sujet qu’on me soumet demain, quel que soit le contenu, sa prise en compte ne posera pas question pour moi. Elle ne sera pas discutable. C’est oui. C’est au niveau du contenu, qu’on fera le débat. On va discuter pour voir ce qui est bon pour le pays et ce qui arrange les populations. Mais dire non du coup, même pas la prise en considération, c’est un vote politique, c’est de la méchanceté. A cette l’allure, je me demande si un jour, nous allons réviser notre constitution ? Pour moi,  je ne pense plus que c’est  possible un jour. On ne le souhaite pas pour notre pays à moins qu’il y ait une situation et les institutions sont dissoutes notamment le Parlement. Sinon je ne vois pas par quel miracle, puisqu’il suffit de mettre la main sur une minorité de blocage et c’est fini. Quel que soit le bien fondé du projet, il sera rejeté. Le président aussi dans son discours, a annoncé les couleurs pour le travail qui attend la représentation nationale pour la session ordinaire qui vient de s’ouvrir. Et je vois que nous avons encore beaucoup de travail. Nous devons nous mettre au pas. Disons dans le consensus national pour laisser  la politique politicienne et avancer. Moi je n’ai  pas d’ennemis, je suis avec le peuple. Même si un adversaire politique amène un projet qui est bon, moi je vais l’apprécier à sa juste valeur. Et également si un ami politique  à moi amène un dossier qui est mauvais, je  lèverai mon doigt correctement pour aller contre cela. Je pense que c’est comme ça nous devons fonctionner pour faire avancer ce pays…..Moi je n’ai pas suivi l’entretien du chef de l’Etat du samedi dernier.  Mais je pense que s’il a l’intention de faire un mandat et de partir, ce n’est pas une loi ou notre constitution qui le lui impose.  C’est sa volonté de le faire. C’est la même chose, sa volonté est de réviser la constitution et le peuple a dit non. Donc il est libre. Ce que j’ai suivi, il aurait dit qu’il va aviser en son temps. Je pense que c’est son droit absolu  d’être candidat à sa propose succession en 2021. C’est vrai qu’aujourd’hui, tout le monde crie, la crise socio économique et on sent effectivement que le panier de la ménagère est tombé,  tout le monde souffre, mais ce n’est qu’un an. Un an, on peut dire que c’est  peu. Mais on peut également dire que c’est beaucoup. Peut être que demain, les choses vont s’améliorer. Et moi je pense que l’un des avantages aussi de tout ce qui s’est passé, l’échauffourée nationale, tout ça va amener le président à revoir sa gouvernance pour que le peuple se sente mieux. Je pense également au delà de ces considérations socioéconomiques,  sur le plan politique, le président Patrice Talon a un grand travail à faire.   Parce qu’il n’est pas concevable, nous sommes en politique, que des collaborateurs proches du chef de l’Etat, que des députés proches des collaborateurs n’adhèrent pas  a ce projet du gouvernement. Je pense que le ménage est nécessaire. »

Adam Bagoudou

  « C’est un message d’engagement. Quelqu’un qui a été un acteur de la démocratie béninoise, et qui fait un discours, cela ne fera que revisiter  la marche démocratique. Comme vous l’avez su constater vous-mêmes, on a  montré tout le bien qu’on entend du Parlement. La réussite socio-économique d’un  pays  est une affaire de tout le monde. Il a insisté sur le rôle, la partition  de chaque institution, à ce que chaque institution joue son rôle dans le combat  pour  le bien-être collectif. C’est ça qui est le plus important. (…) Il a dit   22 voix contre, 60 voix pour, c’est la démocratie. Cela veut dire que notre peuple résiste,  et     son taux de résistance est assez élevé, et qu’il faut donc prendre acte.  Nous  avons une constitution qui date de 25 ans, non pas qu’elle est parfaite, mais en dépit de ces insuffisances, ça résiste. La démocratie recommande que nous prenions acte. »

  Benoît Dègla

  « Le président Houngbédji  a souhaité que notre démocratie puisse mettre la population à  l’abri du besoin. Il l’a enchaîné sur ce que nous venons de faire par rapport à la révision. Il s’est prononcé  sur un certain nombre de choses, favorables au développement, favorables au social. Les résultats que nous obtenu, il en a parlé également. Il se fait que cette constitution  a besoin d’être révisée, elle a besoin  d’être modifiée. Je pense que l’exercice que nous avons fait n’est pas négatif. On a vu l’intention du Chef de l’Etat. Il a vu la réaction des députés. Les clauses au niveau de  la loi, définissent  les conditions dans lesquelles il faut une modification. Nous devons nous atteler à construire le Bénin, ensemble, la main dans la main, et faire en sorte que notre démocratie fasse vivre le Bénin, fasse vivre le peuple, que la démocratie unisse les peuples. C’est deux bons discours  que nous avons entendu… »

Idrissou Bako

 « … Pour ce qui concerne la question de révision de la constitution, la question de  mandat unique, tenue  par le Chef de l’Etat. Moi j’ai fait la politique depuis  que j’étais étudiant. Je dirai depuis que j’ai été élève. J’ai été responsable de classe, j’ai été responsable au conseil central des associations des étudiants, quand j’étais à l’université. Donc, je suis un politicien formé sur le tas. Vraiment, il faut être naïf, pour ne pas comprendre que depuis le 6 avril 2016, que le Président  essaye de tenir un langage politique. Pour moi, quand il a  dit,  je prône le mandat unique, j’ai un transformateur dans mes oreilles qui m’a fait écouter ‘’je  veux d’un mandat, sinon plus’’. C’est ce que moi  j’ai compris. Quand on parle de mandat unique, j’entends plusieurs mandats, sinon plus… ».

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Visages du Bénin est un média en ligne créé depuis 2009 d’information générale dirigée par le journaliste béninois Francis Z.OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.
VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

LES FOULEES DE LA CAPITALE

Une séance de randonnée pédestre sur un circuit de 10km. Une meilleure façon de redécouvrir la richesse touristique de la ville capitale en sport. Mais aussi une aubaine pour les entreprises de se faire remarquer grâce au village d'exposition qui sera érigé à cet effet. Prenez le rendez-vous pour le 30 Avril 2017. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er Avril 2017.  www.foulees-de-la-capitale.com

Une séance de randonnée pédestre sur un circuit de 10km. Une meilleure façon de redécouvrir la richesse touristique de la ville capitale en sport. Mais aussi une aubaine pour les entreprises de se faire remarquer grâce au village d'exposition qui sera érigé à cet effet.
Prenez le rendez-vous pour le 30 Avril 2017. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er Avril 2017.

www.foulees-de-la-capitale.com

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

Une séance de randonnée pédestre sur un circuit de 10km. Une meilleure façon de redécouvrir la richesse touristique de la ville capitale en sport. Mais aussi une aubaine pour les entreprises de se faire remarquer grâce au village d'exposition qui sera érigé à cet effet. Prenez le rendez-vous pour le 30 Avril 2017. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er Avril 2017.  www.foulees-de-la-capitale.com

Une séance de randonnée pédestre sur un circuit de 10km. Une meilleure façon de redécouvrir la richesse touristique de la ville capitale en sport. Mais aussi une aubaine pour les entreprises de se faire remarquer grâce au village d'exposition qui sera érigé à cet effet. Prenez le rendez-vous pour le 30 Avril 2017. Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er Avril 2017. www.foulees-de-la-capitale.com