Séance plénière des députés (Archives)
Séance plénière des députés (Archives)

Assemblée nationale : Près de 90 milliards de frs autorisés pour appuyer le maraîchage, l’Energie, l’eau et la croissance économique

Séance plénière des députés (Archives)

Séance plénière des députés (Archives)

Réunis en  plénière le vendredi 12 mai 2017, les députés  ont examiné puis autorisé par vote à l’unanimité cinq (05) ratifications d’accord de financement pour appuyer les secteurs de l’eau, de l’énergie électrique, du maraîchage et de la croissance économique. C’est la commission des Finances dirigée par l’honorable Raphaël Akotègnon qui a présenté à l’ensemble des députés, les rapports relatifs aux cinq (05) Projet de loi portant autorisation de ratification du contrat/accord de financement. En appréciant la portée sociale et les impacts économiques desdits projets de loi, les députés ont, à l’unanimité, autorisé le gouvernement à les ratifier.

F.Z.O

Il s’agit du Projet de loi portant autorisation de ratification, du contrat de financement du projet Eau et Assainissement  Cotonou phase III, signé à Bruxelles, le 08 décembre 2016 entre la République du Bénin et la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Selon le rapport de la commission des finances, la réalisation de ce projet permettra l’accroissement du taux de desserte global en eau potable en milieu urbain et périurbain de 84% à fin 2015 à 150% à fin 2021 ; l’amélioration de l’efficience du service et la productivité de la SONEB au bénéfice de la population pauvre ; l’augmentation de la capacité de traitement des usines d’eau de Godomey et de Vèdoko respectivement de 1 728 m3/h à 2 551 m3/h (soit une augmentation de 48%) et de 2 320m3/h à 2 975 m3/h (soit une augmentation de 28%) ; l’augmentation de la capacité de stockage d’eau de  2000 m3 ; le renforcement et le déplacement du réseau de distribution d’eau sur 392 km ; la sécurisation de l’alimentation en énergie électrique des usines d’eau par l’installation de nouveaux groupes électrogènes (1 000 et 1 500 KVA) ; l’acquisition de 35 000 kits de matériels de branchements particuliers.

C’est la Banque Européenne d’Investissement (BEI) qui finance ce projet à travers un crédit d’un montant dix-neuf milliards six cent soixante dix huit millions sept cent dix mille (19 678 710 000) de francs CFA.

Il y a ensuite,  le Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé à Cotonou, le 20 janvier 2017 avec l’Association Internationale de Développement (AID) dans le cadre du Projet d’approvisionnement en Eau Potable en milieu Rural et d’Assainissement des eaux usées en milieu Urbain (PEPRAU).Les objectifs de développement visés par ce projet sont : accroître l’accès aux services d’approvisionnement en eau potable en milieu rural et d’assainissement des eaux usées (gestions des boues de vidanges) des zones urbaines et périurbaines des communes du Grand Nokoué ; renforcer la capacité de prestations des institutions du secteur public de l’eau potable et celui de l’assainissement des eaux usées des zones urbaines pour la délivrance de services sur le territoire couvert par le projet ; accroître la capacité de réponse immédiate du Gouvernement aux urgences et aux catastrophes éligibles. Par ailleurs, la mise en œuvre du Projet Eau Potable en milieu Rural et Assainissement en milieu Urbain (PEPRAU) impactera 1.196.100 bénéficiaires directs dont 432.000 personnes qui auront accès à des sources d’eau potable à travers des branchements particuliers dans les centres ruraux et 764.100 personnes qui profiteront d’un système amélioré d’assainissement.  En outre, le PEPRAU  contribuera au renforcement des services sociaux de base et la protection sociale en matière d’alimentation en eau et d’assainissement ; à la réhabilitation, la construction ou l’extension d’environ 180 systèmes d’approvisionnement en eau ; au renforcement des capacités de prestations des institutions du secteur public en matière d’eau potable et d’assainissement des eaux usées ; à l’expérimentation et la promotion du modèle de concession subventionnée comme type de Partenariat Public Privé (PPP) innovant  et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Ce projet d’un coût global de 40 734 929 700) franc CFA, est financé à hauteur de  97,61% par l’Association Internationale de Développement (AID).

La troisième de ratification autorisée  par les députés porte sur  l’accord de financement signé à Vienne, le 09 novembre 2016 avec le Fonds OPEP pour le Développement International (OFID) dans le cadre du financement du Projet d’Appui au Développement du Maraîchage (PADMAR). De façon spécifique, le PADMAR vise à accroitre durablement les revenus des exploitations maraîchères, tout en améliorant leur résilience aux effets du changement climatique ; satisfaire la demande intérieure et rehausser la contribution des producteurs béninois aux échanges transfrontaliers.  Par ailleurs, la réalisation du Projet d’Appui au Développement du Maraîchage (PADMAR) permettra à notre pays de participer au développement intégré de la filière maraîchère au niveau sous-régional (Bénin, Nigéria, Niger, Togo, Ghana, Burkina-Faso) et contribuera notamment à  un accès sécurisé et durable des exploitants maraîchers à l’eau et au foncier ; l’accroissement de la productivité et la production des cultures maraîchères d’environ 68 000 tonnes de légumes divers par an ; la réduction des risques climatiques, des risques de pollution des nappes phréatiques et des produits maraîchers  et  la création d’emplois. Aussi, le projet, dans sa mise en œuvre, mettra-t-il l’accent sur l’employabilité et la productivité de la main d’œuvre jeune notamment à travers le renforcement des compétences techniques et managériales des jeunes maraîchers ; et  la création de nouveaux emplois au niveau de tous les maillons de la filière au profit de jeunes (25-35 ans) sortant des écoles ou des centres de formation technique ou agricole à savoir la Faculté des Sciences Agronomiques (FSA), l’École Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC), le Centre Songhaï, etc.) ou ceux accompagnés par des programmes nationaux d’insertion tels que le Projet de Promotion de l’Entreprenariat Agricole (PPEA), le Programme Spécial pour l’Insertion des Jeunes dans l’Agriculture (PSIJA), le Fonds National de Promotion de l’Entreprise et de l’Emploi des Jeunes (FNPEEJ), etc.

Le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID)contribuera à hauteur  de 6,72 milliards de francs CFA environ, soit 24,4% du coût total du projet.

De l’oxygène pour la croissance économique et Maria Gléta 2

Avant les trois projets de ratifications sus évoqués et autorisés dans l’après midi de ce vendredi 12 mai 2017, les députés avaient déjà procédé dans la matinée de ce même jour à l’examen et l’adoption de deux autres projet de loi portant ratification d’accord de financement.

Le premier porte sur l’accord de prêt signé par échange de courrier le 04 janvier 2017 avec la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), dans le cadre du financement partiel du Projet d’Appui à la Croissance Économique Rurale (PACER). Ce projet vise à mettre aux normes, 250 km de pistes rurales, à aménager 405 ha de bas-fonds pour la production du riz et le maraîchage et à construire des magasins de stockage d’une superficie totale de 6 464 m2 et des hangars de marché. Par ailleurs, la réalisation du projet permettra au secteur agricole de jouer pleinement son rôle de principal levier de développement économique à travers  la promotion et le développement d’infrastructures rurales utiles ; l’amélioration des conditions de mise en marché des produits agricoles ; l’augmentation des revenus des populations cibles ; l’accélération de la croissance économique en milieu rural ; la création d’emplois et  l’amélioration des conditions de vie des populations.

La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) y contribuera à hauteur de 6,5 milliards de francs CFA, soit 30,2% du coût total

Il y a eu enfin le Projet de loi portant autorisation de ratification, de l’accord de prêt signé par échange de courrier, le 23 décembre 2016 entre la République du Bénin et la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC) dans le cadre du financement partiel de la première phase du projet de construction d’une Centrale thermique de 400 MW à MARIA GLETA. La réalisation de ce projet de construction d’une centrale thermique de 400 MW à Maria-Gléta permettra de combler le déficit d’offre d’électricité et de diversifier les sources d’approvisionnement en énergie électrique pour garantir une autonomie de 70% à l’horizon 2025. Elle contribuera également, en outre à  l’amélioration des conditions de vie des populations à travers la résorption du déficit de l’offre d’électricité et la satisfaction d’une demande sans cesse croissante qui est actuellement évaluée à 210 MW et potentiellement estimée à 320 MW ; réduire la dépendance énergétique du Bénin vis-à-vis des pays de la sous-région, notamment le Ghana, le Nigeria et la Côte d’Ivoire d’une part et la perte d’énergie relativement élevée sur le réseau électrique national d’autre part ; accroître la capacité de production de la SBEE à travers la mise à disposition de sa clientèle de l’énergie d’une moyenne de 720 GWh dès 2018 puis 876 GWh à partir de 2019 ;  accroître les performances techniques et financières des entreprises du secteur (CEB, SBEE)  permettant de réduire les coupures intempestives d’électricité ; raccorder au réseau environ 10 000 nouveaux abonnés supplémentaires et susciter la création de plus de 325 emplois.

La Banque d’Investissement et de Développement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (BIDC) contribuera pour 15 000 000 000 de francs CFA, soit 14% du coût total du projet.

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

 

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

Visages du Bénin est un média en ligne créé depuis 2009 d’information générale dirigée par le journaliste béninois Francis Z.OKOYA. La rédaction de Visages du Bénin animée par des professionnels et soutenue par ses différents correspondants propose toute l'actualité sur le Bénin et ouvre une large fenêtre sur le reste du monde. Restez connecté avec nous, restez informé.
VOTRE PUB ICI

Nos rubriques

AFRIQUE TELEVISION

Toute l'actualité africaine en un clic

Toute l'actualité africaine en un clic

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

www.visages-du-benin.com  Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous,  restez informé!

www.visages-du-benin.com Toute l’actualité du Bénin et d’ailleurs depuis 2009 ! Restez connecté avec nous, restez informé!

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN

DECOUVREZ LA VILLE DE PORTO-NOVO, LA CAPITALE DU BENIN, LA VILLE AUX TROIS NOMS: ADJATCHÊ; HOGBONOU; PORTO-NOVO AVEC SES ATTRACTIONS TOURISTIQUES

Nos archives

AFRIQUE TELEVISION

AFRIQUE TELEVISION, dans le coeur de l'Afrique

Toute l'actualité africaine en un clic

PUB

....Pour valoriser et redonner vie à ll'important gisement culturel de Porto-Novo et le mettre au service du développement tant national et international

FESTIVAL INTERNATIONAL DE PORTO NOVO